Le grand orchestre du Tricorne gueule Rictus

Le Grand orchestre du Tricorne gueule Rictus est un récital théâtralisé aux influences parigotes, expressionnistes et punk. C’est un cri poétique et véhément de la misère qu’il ne faut pas oublier et qu’on a tant de mal à regarder en face tant elle fait mal au coeur et aux yeux, le chant des oubliés du progrès technico-social. Une esquisse du tableau peint par Jehan-Rictus (1867-1933) au début du XXème siècle dans ses deux recueils : Les soliloques du pauvre (1895) et Le coeur populaire (1914). Un tableau qui résonne encore tristement à notre époque. De la marche rythmée de révolte de L’hiver à la triste ritournelle de Berceuse pour un pas-d’chance, en passant par la simili-guinguette des P’tites Baraques : Le Grand orchestre du Tricorne, c’est du classique-punk, de la poésie populaire sans concession et sans guitare

Le grand orchestre du Tricorne gueule Rictus

Textes
Jehan Rictus

Mise en scène & scénographie
Adrien Bernard-Brunel

Partition musicale
Eléonore Guillaume

Lumières
Pierre-Emile Soulié

Voix & Accordéon
Adrien Bernard-Brunel

Voix, Grosse-caisse & Scie-musicale
Alexandre Buicanges

Voix &Violoncelle
Eléonore Guillaume

Alto
Perrine Guillemot

Trombone
Samuel Hooge
ou Geoffroy Guillaume

LE GRAND ORCHESTRE DU TRICORNE

Ce groupe est né de l’imagination du Théâtre du Tricorne. C’est la fusion de la mise en scène et du texte avec la musique. Cet orchestre fictionnel est composé de personnages – interprètes, semblants sortis d’une pièce de Beckett, d’un roman d’Edgar Poe ou d’un film de Murnau. Influencé particulièrement par le mouvement expressionniste, le style de jeu rappelle la Chanson réaliste du début du XXème siècle, le théâtre de Brecht ainsi que l’agit-prop de la fin des années 60.
On y retrouve une comédienne violoncelliste (Eléonore Guillaume), un comédien accordéoniste (Adrien Bernard-Brunel), un comédien scieur-musical (Alexandre Buicanges), une Altiste (Perrine Guillemot) et un tromboniste (Geoffroy Guillaume ou Samuel Hooge).
Le Grand Orchestre du Tricorne est né et vit autour des textes et des musiques qu’il joue.
Le projet artistique du Grand orchestre du Tricorne s’inscrit dans la volonté de se faire le catalyseur des écritures poétiques, des musiques classiques, populaires et amplifiées. Tenter de réinventer un genre hybride de Théâtre Musical.

JEHAN-RICTUS (1867-1933), un poète oublié

Glaçant oxymore qui signifie littéralement douleur et sourire, est le blaze du poète Gabriel Randon. La vie ne lui fut guère clémente, il se retrouva souvent sans toit, côtoyant les clochards et vagabonds de Paris.
Il se mit très vite à fréquenter le Montmartre des artistes et des anarchistes, écrivant des premiers poèmes qui furent publiés dans des revues. Puis lui vint l’idée de composer des poèmes où un clochard s’exprimerait dans le français populaire de l’époque.
En 1895, il débuta au cabaret des Quat’z’Arts, sous le pseudonyme de Jehan Rictus, qu’il gardera. Il remporta un franc succès dans ce métier de chansonnier à partir de février 1896 grâce à son poème le plus connu, Le revenant, où un sans-abri croit rencontrer le Christ. Dès lors il fut amené à réciter ses poèmes, non seulement dans les cabarets mais dans des fêtes syndicales et politiques, et dans des dîners mondains.

UN SPECTACLE POLYMORPHE..

Selon le lieu investi et le public vers lequel le Tricorne se tourne, le spectacle se décline sous plusieurs formes, sonorisées ou acoustiques. Le quintet (violoncelle, violon, grosse-caisse, accordéon, trombone et scie musicale) joue, gueule, s’égosille, dans les salles de spectacle, les festivals et les bars…
Afin de répandre les vers de Rictus dans les petites ruelles, les couloirs de bibliothèques, les écoles et les petits théâtres de poche nous proposons une forme légère et nomade : La version Trio Acoustique. Elle se compose des trois voix principales avec violoncelle, accordéon et scie-musicale.

...PÉDAGOGIQUE...

Actions culturelles à destination des établissements scolaire et des maisons de quartier
La compagnie propose, dans le cadre de représentations scolaires, une ou deux interventions en milieu éducatif pour préparer les jeunes spectateurs à la langue de Jehan Rictus, et à la forme peu ordinaire du spectacle.
Ces séances sont composées d’une présentation biographique de l’auteur, d’une approche d’un ou deux textes de Rictus et éventuellement d’une ouverture de champs vers d’autres auteurs de la poésie populaire, de la chanson réaliste et de l’écriture urbaine.
Le professeur pourra, au préalable, préparer ses élèves à un des textes parmi ceux proposés. Les interventions des artistes se font ensuite autour du texte choisi.

Projet à destinations des écoles de musiques
La compagnie souhaite présenter sa création sur un territoire, en y réunissant acteurs culturels et artistes en herbe locaux :
Travailler avec d’autres instrumentistes pour produire de nouvelles formes inédites et éphémères du spectacle en s’associant auprès d’une équipe pédagogique.
Ce projet s’adresse aux élèves des différentes classes de l’établissement d’enseignement musical local : classes de violon, alto, violoncelle et contrebasse, classe de clarinette, classe de hautbois, classe de percussion.
Le travail s’effectuera sous forme d’atelier constitué d’élèves de cycle II et III.

... ET TOUT TERRAIN

Depuis 2009, ce spectacle s’est joué aussi bien dans des rues, des bars,  des salles de spectacles : Festival Cergy-Soit ! • Bar Les Chansonniers (Ménilmontant) • L’EMB (Sannois)• L’espace Jemmapes (Paris) • Théâtre de l’Usine (Eragny-sur-Oise) • Festival Permis de construire (Cergy) • L’observatoire (Cergy St Christophe) • Le Forum (Vauréal) • Les Cuizines (Chelles) • La Menuiserie (Pantin) • La Bobine (Grenoble) • Galerie Kunst-Moment (Berlin) • Bar Le RDV des Amis (Montmartre) • L’Orange Bleue (Eaubonne) • Bar l’Art Scène (Nantes) • Théâtre du Cyclope (Nantes) • Péniche Antipode (Paris) • T.N.T (Nantes) • Dans les rues de Bourges et de la Rochelle pendant les Festivals • Ainsi que dans les rues de Paris, Nantes, Lille, Bruxelles, Berlin, Annecy, Chamonix, Aix-les-Bains, Grenoble, Chambéry, Lyon….

 

Cie Théâtre du Tricorne
Théâtre de l'Usine / Cie Hubert Jappelle

Accueil en résidence